Dialogue avec Rousseau en bref

Après le rappel des faits marquants et des sentiments qui ont animés la vie de Jean-Jacques Rousseau, c'est le public lui-même qui énoncera les critiques contre le philosophe. Rousseau tentera d'y répondre lui-même avec ses mots et à travers ses textes, rédigés dans une langue magnifique.
Après Jaurès et Lafayette, Christophe Tournier, comédien et improvisateur au Théâtre Tout-Terrain, vous propose une introduction à ce personnage de génie.dont la connaissance est si riche de découvertes et d'émotions, dans les domaines les plus variés et inattendus. Il sera accompagné par Nardo et Nicoton, clowns improvisateurs, qui feront à leur manière une synthèse des contributions de la soirée.
Le spectacle sera composé de plusieurs parties et durera environ 70 minutes. Il sera suivi d'un débat autour de Rousseau.

  • Ma vision du spectacle à chaud

À chaud, voici un premier compte-rendu. Nous avons joué trois fois la même journée d'hier, deux fois devant des lycéens et une fois devant des adultes. Le spectacle a duré environ 1 h 30. Il s'est déroulé ainsi :
1.   Rousseau (Christophe Tournier) se raconte en illustrant sa narration par des extraits de ses textes (30 minutes)
2. Le public émet les critiques les plus récurrentes sous forme de lecture ou bien en posant des questions directes à Rousseau . Dans le second cas, surtout, fort de ma connaissance de Rousseau, je réponds en improvisant mes arguments et mes justifications. Je termine par la lecture des textes de Rousseau que j'ai sous le coude et qui éclairent les questions du public. Je termine en quittant le personnage de Rousseau et en faisant une synthèse des idées et du personnage de Rousseau. ( 15 minutes)
3. Les clowns (Nardo et Nicoton) déboulent et en dix minutes offrent une synthèse loufoque et improvisée du spectacle. ( 10 minutes)
4. Nous proposons au public de jouer à Rousseau en proposant des exercices d'improvisation théâtrale qui illustrent les grands évènements de la vie de Rousseau. Le public est invité à monter en scène et accepte. ( 15 minutes)
5. Avec les adultes, nous terminons par un débat sur les idées de Rousseau et la façon de faire de ce spectacle.
Le spectacle a pu s'adapter à chaque fois à son public. Nous avons réussi, malgré la difficulté à lire les textes de Rousseau qui réclament attention et réflexion. L'audience a paru magnifiquement apprécier et garder toute son attention. Lors des discussions, elle s'est déclarée enchantée de l'image projetée de Rousseau et la plupart des spectateurs brûlent d'envie de le lire.
De mon point de vue d'acteur, j'ai pris des risques qui me semblaient démesurés, il y a quelques mois. Incarner Rousseau, faire comprendre ses idées de base, les traits essentiels de sa vie, faire entendre au public sa langue magnifique, me paraissait presque impossible... J'avais pris le parti de la participation au maximum du public sans dévoyer la profondeur et les objectifs du spectacle. Je crois que nous avons réussi. Le public m'a paru aux anges par moments. J'ai retrouvé cette jubilation propre au théâtre et à l'impro, ce bonheur de partager un moment hors normes . Nous y sommes arrivés en conjuguant par plages le sérieux des idées et de l'histoire et la loufoquerie du clown. Du point de vue de la partie sérieuse (biographie et textes de Rousseau) riche de mon apprentissage de ma pratique de l'impro et de comédien au TTT où la relation au public est primordiale, j'ai l'impression d'avoir réussi à faire passer le plus légèrement possible, ce qu'il y a de plus complexe : les idées philosophiques et politiques (de Rousseau).
Rendez-vous le 13 décembre à La Roche-sur-Foron.

 

 

 

Retour les lectures théâtrale « si Rousseau m’était conté » de Christophe Tournier

(L'article de l'EPSM)

Le 13 décembre 2012, dans le cadre du tricentenaire de la naissance de Jean Jacques Rousseau, le comédien C. Tournier a réalisé ses « lectures théâtrales », spectacle qui s’est tenu à la cafétéria devant un public composé de professionnels et de patient. Il nous raconte ici la genèse de ce projet.

Aborder Rousseau : une épopée riche d'enseignement et de plaisir

  • La naissance du projet

Lorsque l'Université Populaire, séduits par mes précédentes explorations de Lafayette et Jaurès, me proposa de faire une biographie théâtrale de Rousseau. Je le voyais comme profondément misogyne, paranoïaque et moralisateur. Il avait fomenté par ses idées les heures les plus sombres de la révolution française, J'étais néanmoins curieux de m'atteler à la découverte de ce brillant et acariâtre philosophe dont les thématiques couvrent un large spectre.

  • Une mise en scène au plus près de l’auteur

Une fois les connaissances acquises sur le personnage, j'essaie de trouver les moyens de faire participer le public. Les insultes proférées à l'encontre de Rousseau ont été le vecteur principal d'intervention du public. Si l'humour était présent dans le spectacle, il l'est également dans l’œuvre de Rousseau. En me connectant sur www.rousseauonline.ch, je pénétrais l'ensemble des écrits à partir de mots clés. Je disséquais quelques livres phares comme les discours sur les arts et sur l'inégalité, le traité sur l'économie politique, les rêveries du promeneur solitaire, les lettres à Malesherbes et des extraits des Confessions. Je naviguais dans nombre d'expositions, d'émissions de radio et de spectacles. Je partais sur ses traces : sa chambre à l'Isle saint Pierre, ses maisons à Môtiers et aux Charmettes. Je découvrais avec émotion ses manuscrits à Genève et à Neuchâtel. A force d'immersion m'apparaît peu à peu une image originale du héros. Dans le cas de Rousseau, rapidement s'est imposée l'image d'un personnage entier mais de bonne composition. La plus grande partie des Confessions, telle une épopée amoureuse, nous montre un jeune homme espiègle, se laissant constamment conduire par ses instincts, dont la quête consiste à gagner l'intimité et la présence de la femme qu'il aime : Madame de Warens.

  • Lire Rousseau…

Lire Rousseau donne l'impression de déguster un grand cru. Ainsi, on est gagnant sur tous les plans. On se délecte d'une langue extraordinaire. On parcourt l'histoire. On flâne dans sa région. On s'enrichit en explorant la genèse d'idées qui ont enflammé la révolution française et font encore frémir l'actualité trois cents ans après.
Ainsi, je continue à prendre un immense plaisir à travers ses lectures, tel un rêveur solitaire profondément ancré dans le temps qui passe. En retour, le plaisir de proposer ce spectacle à un public différent à chaque représentation, m'a permis, je l'espère, de faire partager ces mêmes sensations au public, comme celui de l'EPSM, qui a courageusement bravé les impressions parfois négatives qu'il pouvait avoir autour du thème de Rousseau.

Quelques sites de référence
http://www.rts.ch/emissions/dossiers/2012/rousseau/
http:://www.rousseauonline.ch
A l'université : Rousseau dernières lumières http://www.celinespector.com/?page_id=80

© 2014 Christophe Tournier